Prendre un nouveau départ à l’étranger

WhitePage-645x675-6

 

Je fais partie de ces nombreux étudiants qui ont décidé de partir à l’étranger à la différence que.. je l’ai fait hors programme type erasmus, hors étude, hors nécessité… Si ce n’est nécessité mentale. 

Primaire, collège, lycée, université… Même ville… Mêmes rues, même pavés, mêmes personnes, et un passé ancré dans la mémoire de cette ville. Parce que dans cette même ville tu ne recommenceras jamais tout à zéro. Allez on se casse

Famille, amis, études, boulot, on plaque tout et on part à l’aventure. Ca va marcher? Aucune idée, rien à faire. 

J’ai donc décidé de faire parti de ce programme DisneyLand, pour partir à Orlando en Floride travailler sur une période de 6 mois à 1 an. Le visa est facile, il fait chaud et quoi de mieux que de partir à l’autre bout du monde? Me voilà donc acceptée dans ce nouveau job. Départ : Janvier 2014. 

Nous étions en Juin 2013. Pendant ces 6 mois, je décidais de partir en Angleterre, à Brighton (la fille motivée à partir). Ma soeur et mon frère y avait vécu, ce n’était pas loin de chez moi et en plus c’était bien pour apprendre l’anglais avant Orlando! Là, je commence à travailler au Subway. Je suis avec pleins de jeunes de tout pays : Pologne, Espagne, Italie, Amérique du Sud. Je trouve ça génial. Tout est différent, je sors de ma zone de confort et ça fait du bien. 

Deux ans après, je ne suis pas partie en Floride. Un mois après être arrivée à Brighton j’ai rencontré un garçon qui m’a fait changé d’avis.Cela fait maintenant deux ans que nous sommes ensemble. J’ai un bon poste à American Express et je déménage en Septembre à Londres pour commencer l’université. Je commence une licence dans la communication de la mode à L’institut Marangoni. 

WhitePage-645x675-5

Partir à l’étranger m’a redonné gout à la vie (sounds so dramatic!). Arriver dans un pays tout nouveau, découvrir tous les jours, rencontrer des nouvelles personnes est tellement excitant. Après quelque temps, la fierté qui en ressort est juste géniale. Absolument tous les jours, il arrive un moment ou je m’arrête et je réfléchis à ma vie d’avant, et à tout le chemin parcouru, et rien que ça, ça vaut de l’or. 

Partir à l’étranger est l’occasion de se recréer et de reprendre confiance en soi. Je me suis (re)découverte et ça a été la meilleure décision de ma vie. 

Il y’a des gens qui n’en auront pas besoin – mais tout ceux qui hésitent à sauter le pas je vous encourage à 200%. Il n’y a pas un jour ou je regrette d’avoir tout repris à zéro. 

WhitePage-645x675-7

 

 

2 Comments

  1. 16/01/17 / 14 h 06 min

    C’est clair ! Et en plus, les seules choses qu’on regrette sont celles que l’on ne fait pas ! Du coup, à quoi bon hésiter ? Je dis ça mais je reporte mon départ chaque année… Disons que c’est un peu différent, je n’aime pas vivre seule et j’avais ce projet quand je vivais en couple.
    Quand j’étais en couple il y a quelques années, je pouvais TOUT faire, je me sentais pousser des ailes ! Je voulais partir à Berlin ou Amsterdam avec mon mec, pour qu’on vive un truc tous les deux.
    Finalement, il n’était pas trop de cet avis, on s’est séparés en restant plus ou moins attachés l’un à l’autre pendant 2 ans et demi et ça m’a un peu bloquée dans mes prises de décision.
    J’ai donc vécu pour moi, en restant dans la même ville mais en partant souvent : c’était le minimum pour me sentir bien. Puis, j’ai rencontré quelqu’un d’autre avec qui je suis bien et avec qui j’aimerais bien faire ce genre de projet, même si pour le moment nous vivons à 1000 km l’un de l’autre ^^ . Si ça ne marche pas, je me casse seule à Berlin et si ça marche, j’aimerais bien partir à l’étranger avec lui ! Les expériences à l’étranger sont hyper formatrices et il n’est jamais trop tard pour partir en plus 🙂

    Bises Anaëlle,

    Manon

    • DEARVOGUE
      16/01/17 / 18 h 49 min

      Ah moi je t’avoue que quand je suis partie je n’avais absolument aucune attache – pas de mecs, je n’aimais plus les personnes qui m’entouraient et j’avais l’impression que ma vie n’était pas saine, autant psychologiquement que mentalement. J’ai rencontré mon mec un mois après être arrivée et cela fait maintenant 3 ans que nous vivons une belle histoire. Ceci dit, il m’a toujours suivi dans mes projets, m’a suivi de Brighton à Londres, et nous nous sommes toujours dit que nous ne serons jamais un blocage pour l’autre. Pas forcément en se séparant mais en faisant des compromis 🙂 L’amour n’empêche pas l’aventure ! 😉

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *