Un point sur 2018/planning 2019

 

A l’heure où j’écris, je suis dans l’avion pour Washington, je viens de regarder un documentaire sur Whitney Houston qui m’a retourné et m’a donné des frissons pendant 2h (non pas que j’aime particulièrement Whitney Houston mais parce que j’adore regarder des biopics et découvrir la vie des gens. J’ai l’impression que ça finit toujours pareil: enfance pourrie, succès soudain, prise de confiance en soi, drogue, mort (Kurt Cobain, Jim Morrison, Gainsbourg, Whitney…). Mais je kiff regarder et c’est mon genre de film favori.

Bref. La fin d’année approche, et il est grand temps de faire un petit point 2018, et de parler 2019. En soi, je suis convaincue que les résolutions ne servent à rien (pourquoi t’as besoin d’attendre Lundi ou le 1e Janvier pour commencer un truc), mais je trouve toujours ça intéressant de réaliser ce qu’on a acquis les 365 derniers jours et aussi de définir nos buts pour les 365 prochains jours.

2018 a été une année assez remplie de bonnes choses pour moi. Du coup, quelques points cools de mon année 2018:

J’ai travaillé dans une agence d’influencer pendant 6 mois. C’était un truc que je voulais vraiment faire. Voir comment ça se passe en vrai, recruter des personnalités, gérer les contrats, voir comment les “agents d’influencers” travaillent. Puis rencontrer des influencers ça a un coté glamour aussi. Donc en Janvier, j’ai été engagée dans l’agence ITB Worldwide, dans le département représentation. Pour vous donner une idée, cette agence représente des gens comme Giovanna Battaglia, Patricia Manfield, Pernille Teisbaek, ou encore Adenorah. Ils sont aussi à l’origine du hashtag #mangogirls (eh oui!). Donc en bref, une super agence. Quand j’ai commencé, j’étais hyper super excitée: bureaux au coeur de Soho, hyper design comme dans les films, ça parle de stars hyper connues tout le temps, buffet petit déj tous les vendredis (j’ai posté des photos du m^me petit déjeuner tous les vendredis matins pendant 6 mois dans mes stories Insta tellement j’étais fan). Je me vantais de mon job auprès de tout le monde (tu fais quoi dans la vie? Je gère des contrats d’influencers. Ouais on est basé à Oxford Circus. et toi?)

Jusqu’au moment où, dans le métro, j’ai réalisé un truc: mais c’est super chiant comme boulot en fait. T’es le pont entre la marque qui a du fric et l’influencer qui a du fric, et t’es au milieu à faire la boniche et à passer ta vie à faire des présentations Keynote et à lutter pour ne pas finir le paquet de biscuit qui est en bas dans la cuisine du bureau et à boire tellement de thé que tu vas aux toilettes 3 fois par demi-heure. et en plus quand tes collègues font des blagues du comprends rien (et à leur accent, et à leurs blagues dans tous les cas).

Fin Mai, j’ai décidé de donner ma démission. Je ne regrette en aucun cas cette expérience puisque ça m’a fait découvrir les backstages de l’influencer marketing, j’ai eu un super breakfast tous les vendredis matins, et surtout j’ai compris ce que je ne voulais pas faire. Que ça marche ou non, si quelque chose nous tente, il faut tout faire pour l’essayer.

J’ai eu mon diplôme de styliste, après 3 ans d’études à l’Istituto Marangoni. C’était une année scolaire tellement remplie mais tellement intéressante! Pour vous donner une idée, on avait une dizaine de shoots à organiser, puis deux vidéos, on devait aussi créer un produit et faire toute la campagne publicitaire, demander les plans d’un vrai espace à Londres, et designer le magasin en 3D! J’ai imaginé que la marque Vetements faisait une collection capsule en collaboration avec Serge Gainsbourg (des citations sur leur pièces phares genre leurs t-shirts, sous les talons des chaussures, au dos des vestes en cuir), et j’ai créé toute une communication autour de ça. J’ai meme été à Paris pour réaliser une vidéo publicitaire devant sa maison et sur sa tombe. C’était juste tellement passionnant!!! J’ai donc obtenu mon diplôme (j’étais à 1 point des félicitations!). C’était aussi une énorme fierté auprès de ma mère. Je n’ai jamais aimé l’école (au point où ma mère a du me mettre en internat dans une école catho où on avait ni droit au portable, au maquillage, aux shorts, au vernis) (je suis meme plus sure qu’on avait le droit de parler).  J’ai toujours eu tendance à me rebeller contre tout et j’étais une ado assez dure donc vous imaginez la rage que j’avais en moi pendant tout ce temps (j’étais comme un lion hyper énervé en cage). Bref, ensuite j’ai quitté l’université de Rouen au milieu de ma deuxième année parce que j’étais amoureuse et j’adorai mon job à Brighton: sandwich artist au Subway. Donc vous imaginez bien que ma mère a eu un peu peur que je finisse mal.

Je crois que j’ai juste jamais pensé que c’était vraiment possible d’étudier quelque chose qui me plaisait. J’ai toujours adoré lire des magasines et surtout les pages modes, et tout le monde dans ma famille trouvait ça futile (“arrête avec tes magazines de pétasses”, je l’ai beaucoup entendu ça), comme quoi mon activité futile a tourné en carrière 🙂

Puis ma soeur a voyagé de Washington juste pour venir à ma graduation et c’était vraiment un moment inoubliable. Juste pour la fierté dans les yeux de ma mère.

Je fais une apparté, y’a des turbulences de malade et j’ai meme pas peur.

Aparté update: ça bouge de malade je flippe carrément.

 

 

J’ai déménagé à Brighton, pendant trois mois, comme vous le savez. C’était pour moi un énorme truc puisque ça voulait dire “couper le cordon” avec mon copain. J’avais toujours été partagée entre vivre avec l’homme que j’aime à la folie et vivre dans une ville que j’aime à la folie. Fin Mai, mon amie de Brighton, Natalia, m’a appelé et m’a dit comme ça qu’elle cherchait quelqu’un pour louer sa chambre pendant qu’elle partait en Pologne pendant quelques mois. Ni une ni deux, j’ai dit “moi je la prend”. Je me rappelle encore revenir dans ma chambre et dire à mon copain “bon ben, je pars vivre à Brighton pendant quelques mois!”. C’était une décision complètement spontanée et irréfléchie qui au final a tout changé pour moi.

J’ai eu des énormes problèmes d’argent. Ma famille ne m’a jamais aidé financièrement. Que ce soit pour mon école, mon appart, ma bouffe, j’ai toujours tout payé par moi-meme, et j’ai toujours travaillé. Sandwich artist à Subway, caissière à Zara, puis à H&M, en meme temps fashion editor dans un magasine, en meme temps étudiante. J’ai fait des boulots basiques comme des boulots super cools. Tout ça pour dire que je ne suis pas une fille à Maman (ni à Papa puisqu’il est décédé!). Je suis impulsive et dépensière mais j’ai toujours gagné mon argent.

Quand j’ai déménagé à Brighton, je venais de quitter mon taf à l’agence ITB, et j’ai décidé d’essayer la vie de freelance. Avec mon blog et mon Instagram, j’avais de plus en plus de contrats, puis j’avais quelques trucs à coté en tant que community manager. Dans ma tete, si j’avais des contrats en faisant mon blog et insta part-time, j’en aurai le double en le faisant full time. Sauf que ça ne se passe pas comme ça: les marques peuvent mettre jusqu’a trois mois pour payer, et les contrats ben… ça va ça vient. Rien de garantie. A ce moment là, je devais payer mon loyer de Brighton mais aussi mon loyer de Londres (puisque mon copain était toujours dans la chambre, je ne pouvais pas lui demander de tout payer juste parce que j’avais impulsivement décidé de partir quelques mois).

L’argent a été un énorme problème. Au point où un matin, je me suis réveillée et je n’avais rien dans mes placards, et je n’avais rien sur mon compte pour acheter à manger. Meme pas une livre. Cette situation a duré trois mois, j’ai meme été jusqu’a demander le chômage (que je n’ai pas pu avoir puisque je ne suis pas née en Angleterre). C’était horrible. C’est une des principales raisons pour laquelle j’ai du redéménager à Londres.

Aujourd’hui, j’ai un salaire, et… bien que j’aime la vie un peu marginale, ça fait du bien d’avoir une stabilité financière. Je suis toujours aussi dépensière et je n’économise rien, mais au moins j’ai connu des dark times, je sais ce que c’est, et je suis grateful de ne plus être dans cette situation. L’argent ne fait pas le bonheur mais l’argent fait le bonheur quand même!!

J’ai vécu une rupture. Une rupture, qu’on se fasse larguer ou qu’on largue, c’est un cap à passer! Ces derniers mois on été la fin d’une belle histoire et un nouveau commencement pour moi. (Je vous ai déjà assez parlé de ma rupture ici!)

J’ai commencé un nouveau job que je n’aurai jamais pensé aimé. Depuis Septembre, je travaille dans l’équipe digitale de la marque Missoma, une compagnie de bijoux. Moi qui déborde d’imagination, de créativité et qui ai toujours la bougeotte, je me suis dit dès le premier jour que c’était temporaire. Il y’a deux semaines, je suis arrivée hyper en retard (comme tous les jours) (alors que j’habite à 15 minutes à pied) et ma boss m’a pris à part direct. Je ne suis pas du genre à m’apitoyer sur mon sort donc quand je marchais vers la salle de réunion avec elle, je me disais “bon, tu vas te faire virer, tant pis”. On s’est assises, et.. elle m’a proposé un CDI. J’étais tellement surprise que j’ai lancé un “mais… pourquoi?!”. Je ne m’y attendais pas du tout du tout. Je n’ai pas dit oui tout de suite car j’ai horreur de m’engager et de me sentir mains liées (avec un mec, un appart, un taf, whatever) puis quelques jours après je me suis dit “Anaelle, arrête de faire la meuf, et accepte”. J’aime mon job. J’aime y’aller tous les jours. J’aime l’ambiance, j’aime l’équipe, et je sais que meme si un jour je partais de chez moi de mauvaise humeur, je ne le serai plus dès lors que je rentrerai dans le bureau. Je suis juste hyper contente d’avoir pris la décision de commencer à travailler là-bas et c’est pour moi un gros point de l’année 2018.

-J’habite dans un appart Pinteresty. Ca semblera futile pour beaucoup, mais l’environnement est tellement important pour moi. Les loyers en Angleterre sont très chers, et vivre dans un bel endroit est presque impossible avec un salaire normal, surtout à Londres. en 5 ans de vie ici, je n’ai jamais vécu dans un endroit sympa. Juste dans une chambre. Dans mon dernier appart, on vivait à 9, au dessus d’un KFC, il y’avait des souris, et il n’y avait qu’une salle de bain. et pas de salon. Pour un loyer de £875 par mois. Dans un quartier qui craint. Quand j’ai quitté Alejandro, je savais que la rupture et le retour à la vie seule serait dure, et il était hors de question que je vive dans un endroit miteux. Je vis enfin dans un super bel appart. On s’est pas compris: mon appart c’est de la bombe, avec un écran qui sort du plafond, du parquet blanc, et une baignoire, au coeur de Notting Hill! Autre énorme point super important de 2018.

Je ressens du plaisir à aller à la gym. Je suis la personne la plus paresseuse du monde. Le sport? J’aurai ris aux éclats si vous m’en aviez parlé avant. Maintenant, aller à des cours de sport est un plaisir. Parce que j’ai tellement de stress, de rage et d’énergie en moi que c’est le seul moyen de me défouler. Après un cours, je me sens bien, reposée, calme, saine, et fière de moi. et c’est un des meilleurs feelings du monde!

-J’ai une communauté loyale et avec qui j’aime échanger. C’est quelque chose qui me procure du plaisir chaque jour. Ce n’est pas facile de commencer en tant que blogueuse, mais aujourd’hui je peux affirmer que j’ai réussi à gagner la confiance de pas mal de personnes qui me suivent, qui me lisent, me conseillent meme et me soutienne, et j’en suis tellement tellement reconnaissante.

Je n’ai pas de résolutions pour 2019, car je trouve ça inutile. Mais je suis ultra excitée pour cette nouvelle année car… Je redéménage officiellement (enfin!) à Brighton. Comme je le dis toujours, je suis trop jeune pour ne pas être impulsive. Je ne sais pas exactement ce qui va se passer pour ma carrière mais j’ai foi en le destin, et je pense sincèrement qu’il faut suivre son instinct. Je suis actuellement dans le process de trouver quelqu’un pour reprendre mon appart, et je commence les visites ce dimanche! J’ai juste trop super super hâte et je suis trop heureuse. Je ne sais pas si je vais rester en Angleterre très longtemps, j’ai grave envie de déménager dans un autre pays à la fin de l’année 2019. A voir!

Autrement, je veux reprendre mon corps en main. Depuis ma rupture, je n’ai pas arrêté la gym mais j’ai grave pris du poids (genre grave). J’ai eu pas mal de problèmes de poids dans le passé et je retombe dans les memes soucis… Du coup, retour de New York = diet et on reprends le contrôle!

Continuer dans ma quête de spiritualité, toujours être dans l’apprentissage, donner aux autres, être calme, saine, gentille, sincère, ouverte, et pleinement heureuse. Voyager, vivre dans un environnement où je me sens bien, être fière de moi, m’épanouir dans ma carrière, travailler pour moi-meme, et surtout me sentir libre à tout point de vue.

Comment bien planifier cette nouvelle année et définir vos buts:

-Prenez une feuille et écrivez tout ce que vous avez acquis en 2018. Réalisez le chemin que vous avez parcouru et soyez reconnaissante pour tout ça!

-Ecrivez aussi vos buts (pas de résolutions) pour 2019. C’est toujours bien de visualiser ce qu’on veut achever (et c’est super excitant aussi)

-Planifiez un truc excitant pour chacun des mois de l’année. C’est si facile de s’enterrer dans sa routine et de ne plus voir les mois passer. Voyagez! Allez vous faire masser! Déménagez! La vie sera tellement plus excitante quand chaque mois, vous aurez hâte de faire tel ou tel truc.

-Faites une listes de trucs dans lesquels vous voulez investir (un appareil photo, des Doc Martens, un voyage), et faites un plan pour économiser (la vie est trop courte pour pas s’acheter ce dont on a envie)

Sur ce, je vous souhaite une bonne année, une super soirée du nouvel an et… à l’année prochaine!

2 Comments

  1. 04/01/19 / 12 h 44 min

    Un article qui m’a captivée ! Ton parcours est très inspirant Anaelle, et même si je suis totalement différente (j’aime que tout soit ultra carré dans ma vie, j’ai des projets prévus sur 5 ans je serai incapable de décider partir vivre dans une autre ville sur un coup de tête), et bien j’adore te lire et ta façon de voir les choses !
    Hâte de connaître la suite de tes aventures !

    A bientôt

    Pauline M
    http://comeonfuture.blospot.com

    • DEARVOGUE
      07/01/19 / 21 h 25 min

      C’est super gentil!! Des projets prévus sur 5 ans? Wow mon angoisse!! ahah

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *